Publication

Activité et conditions d’emploi de la main-d’œuvre pendant la crise sanitaire Covid-19 en décembre 2020

Vue d’ensemble des résultats de l’enquête flash

25 % des salariés ont été au moins un jour en télétravail en décembre.

En décembre, l’activité repart légèrement à la hausse, du fait de la réouverture des commerces dits « non essentiels ». Les très fortes baisses d’activité sont désormais concentrées dans quelques secteurs : l’hébergement-restauration (34 % à l’arrêt), les arts, spectacles et activités récréatives (25 % à l’arrêt) et, dans une moindre mesure, le commerce et le service aux entreprises.

La principale cause de la réduction d’activité dans l’ensemble des entreprises en décembre reste du côté de la demande (perte de débouchés) (60 %). Même si elle se replie un peu grâce aux réouvertures dans le commerce, la baisse d’activité pour cause de fermetures administratives reste importante (32 % après 39 % en novembre), tirée par l’hébergement-restauration (74 %) et les « autres activités de service » (75 %).

Les mesures sanitaires ont un effet négatif sur la productivité et les coûts : début janvier, 49 % des salariés travaillent dans une entreprise impactée négativement (deux points de plus qu’un mois plus tôt). Cette part est plus élevée dans les secteurs de l’hébergement-restauration, des biens d’équipement et de la fabrication de matériels de transport (environ 60 % des salariés concernés).

Les perspectives des entreprises sont inchangées début janvier par rapport à début décembre, même si les perspectives d’un retour très rapide à la normale sont en légère baisse (6 %). L’incertitude reste forte (34 %) et les entreprises qui seraient affectées de manière durable représentent 13 % des salariés (stable), quand celles dont l’activité est déjà revenue à la normale en représentent 27 % (stable également).

L’activité partielle se replie légèrement, le nombre de salariés effectivement en activité partielle est estimé à 2,4 millions en décembre (13 % des salariés du privé), après 3,1 millions en novembre. Le montant d’allocation d’activité partielle pour décembre serait de 2,0 milliards d’euros, pour un total de 27,1 milliards d’euros en 2020, versés par l’Etat et l’Unédic. Le recours à la formation pour les salariés en activité partielle se stabilise à 17 % en décembre.

25 % des salariés ont été au moins un jour en télétravail en décembre : 10 % des salariés ont été en télétravail toute la semaine, 11 % entre deux et quatre jours par semaine, 3 % un jour par semaine et environ 2 % quelques jours ou demi-journées dans le mois.

Début janvier, un salarié sur dix travaille dans une entreprise qui a proposé des tests de dépistage rapides antigéniques à ses salariés volontaires. Enfin, le recours effectif ou envisagé à l’aide à l’embauche d’un jeune de moins de 25 ans et à l’activité partielle de longue durée progresse légèrement.