Les tensions sur le marché du travail en 2019

Principaux enseignements

En 2019, les tensions sur le marché du travail augmentent pour la quatrième année consécutive, atteignant leur plus haut niveau depuis 2011. Cette progression est associée à des besoins croissants de recrutement dans un contexte où la main-d’oeuvre disponible diminue.

Les tensions sont particulièrement fortes dans le bâtiment, où les projets d’embauches sont très nombreux, ainsi que dans l’industrie, où le vivier de candidats est réduit. Dans ces deux domaines, les tensions sont encore plus marquées pour les ouvriers et les techniciens les plus qualifiés. Chez ces derniers, les inadéquations sont de nature quantitative, en particulier pour les géomètres ou les techniciens en mécanique et travail des métaux, où le manque de candidats qualifiés se fait ressentir. Elles peuvent être aussi plus qualitatives, faute de compétences adéquates ou en raison de conditions de travail moins attractives, comme par exemple pour les mécaniciens et électroniciens de véhicules.

Au sein des services, les situations varient aussi d’un métier à l’autre. Si les tensions dans l’informatique résultent d’un déficit de main-d’oeuvre difficile à combler sans formation, elles tiennent, chez les aides à domicile et aides ménagères, à un fort besoin de recrutement sur des postes offrant des conditions de travail et d’emploi peu attractives.

Les métiers les plus en tension (ouvriers qualifiés, techniciens et cadres) ne correspondent pas à ceux qui emploient le plus de personnes. Par exemple, le métier peu répandu de dessinateur en électricité et en électronique est le plus tendu, alors que celui d’agent d’entretien de locaux, qui rassemble des effectifs nombreux, fait partie des moins tendus.

Pour un métier donné, les tensions diffèrent parfois suivant l’échelon géographique. C’est le cas des ouvriers qualifiés de la peinture et de la finition du bâtiment. Ce métier est en tension au niveau national, alors qu’il ne l’est pas dans deux départements de Provence-Alpes-Côte-d’Azur. À l’opposé, le métier d’agents d’entretien de locaux n’est pas en tension à l’échelon national mais l’est en Bretagne et dans le Cher.

pdf Publication - Les tensions sur le marché du travail en 2019 Téléchargement (1.4 Mo)
xlsx Données de la publication - Les tensions sur le marché du travail en (...) Téléchargement (184.4 ko)
xlsx Données intégrales - Les tensions sur le marché du travail en 2019 Téléchargement (39.6 Mo)
pdf Note méthodologique - Les indicateurs de tension Téléchargement (317.6 ko)

Datavisualisation

Pour un métier donné, les tensions peuvent être plus ou moins prononcées suivant les échelons géographiques. Par exemple, si au niveau national, le métier d’ouvriers qualifiés de la peinture et de la finition du bâtiment est tendu en 2019, en Provence-Alpes-Côte d’Azur, ce n’est le cas que dans deux départements sur six (Alpes-Maritimes et Var).
Notre application interactive vous permet de découvrir les disparités départementales de tension par métier et les indicateurs pour 13 régions, 100 départements et 186 métiers.