Publication

Revue de littérature : Organisations patronales en France et en Europe

Débats sur la réforme du dialogue social et de la représentativité, « Livre blanc » du MEDEF, rémunérations des « patrons »... Très fréquemment, l'actualité évoque le patronat, acteur économique et social incontournable. Aussi, est-il surprenant de constater que le thème du patronat et plus particulièrement des organisations patronales a suscité, en France, relativement peu d'intérêt, et beaucoup moins de travaux (notamment scientifiques) que les syndicats de salariés. « Sur le patronat, nous le savons presque tous, nous ne savons presque rien » résume Bernd Marin en 1988. Les organisations patronales sont pourtant partie prenante des relations professionnelles, tant dans la négociation collective que dans la gestion de mandats dans diverses instances pluripartites. Elles sont appelées à représenter les chefs d'entreprise dans la gestion de plus de 70 000 mandats (instances paritaires, tripartites, consultatives ou gestionnaires des ASSEDIC, conseils des Prud'hommes, chambres de commerce et d'industrie, caisses primaires d'assurance maladie...).

Il semble donc indispensable de s'intéresser aux organisations patronales, en regard avec les organisations de salariés : comment ces organisations se sont-elles construites, à partir de la fin du XIXème siècle? Comment ont-elles évolué face aux transformations du tissu productif et des structures de production? Quelles sont les interactions avec les syndicats de salariés, notamment dans les négociations professionnelles? A l'heure où l'on commente la baisse de la syndicalisation des salariés et où l’on discute de la question de la représentativité, qu'en est-il pour les organisations patronales?