Publication

Maintien dans l'emploi ou retour au chômage à l'issue d'un Contrat Initiative Emploi : le poids de la conjoncture économique

Au cours de l’année 1996, le contrat initiative emploi (CIE) a été largement remanié afin d’être recentré sur les personnes les plus éloignées de l’emploi.

Or, la réinsertion de ces nouveaux bénéficiaires, si on la compare à celle de salariés recrutés également en CIE un an plus tôt, s’est améliorée. Ce phénomène s’explique en grande partie par l’effet favorable de la conjoncture économique, très dynamique sur toute l’année 1999. Ainsi, la part des emplois occupés chez le même employeur à la suite d’un CIE a nettement progressé, passant de 42,8 % à 50,4 % en un an. Dans le même temps, la fréquence des ruptures de contrat, notamment de contrat à durée indéterminée (CDI), a suivi un mouvement inverse, diminuant de 28 % à 24 % ; de plus, le départ de l’entreprise relève plus souvent qu’auparavant d’une décision du salarié. 

Cependant, cette amélioration s’est inégalement diffusée à l’ensemble des bénéficiaires. Les publics les plus en difficulté, ceux dont l’ancienneté de chômage dépasse deux années avant l’entrée en CIE, n’ont pu autant tirer parti que les autres du contexte économique plus dynamique.

Au total, les trois quarts des personnes entrées en CIE trois ans plus tôt occupent un emploi en décembre 1999 et moins de 20 % sont de nouveau au chômage. 

Enfin, la moitié des bénéficiaires estiment que le passage en CIE a eu un effet positif sur leur parcours professionnel et cela, indépendamment de leur situation au moment de l’interrogation.

Sur le même sujet

Données
PoEm - Tableau de bord des politiques de l'emploi
Données
L'emploi salarié
Dossier
Les demandeurs d'emploi