Publication

Dépenses en faveur de l’emploi et du marché du travail en 2020

Une augmentation du soutien aux revenus en réponse à la crise sanitaire

En 2020, les dépenses en faveur des politiques de l’emploi et du marché du travail s’élèvent à 185,1 milliards d’euros, en nette hausse par rapport à 2019 (+17 % en euros constants).

Les dépenses de soutien au revenu en cas de perte d’emploi ou de réduction d’activité (allocations chômage, activité partielle) augmentent de 62 % pour atteindre 76,2 milliards d’euros. Cette progression est principalement due à l’extension du dispositif d’activité partielle en réponse à la crise sanitaire. Elle est également liée, dans une moindre mesure, à la hausse du nombre de demandeurs d’emploi indemnisés, suite, notamment, au prolongement des droits à l’assurance chômage dans le contexte de crise.

Les dépenses en faveur des incitations à l’embauche diminuent de 2 %, pour atteindre 73,2 milliards d’euros en 2020. Les moindres dépenses liées au recul de la masse salariale ne sont que partiellement compensées par la mise en place de mesures exceptionnelles d’allègement du coût du travail.

Les dépenses restantes concernent la formation (18,9 milliards d’euros), l’incitation à l’activité (11,2 milliards d’euros) et le service public de l’emploi (5,7 milliards d’euros).

Le plan « 1 Jeune 1 solution » lancé en juillet 2020 met en place différentes mesures, dont plusieurs aides à l’embauche des jeunes. En particulier, dans le champ de la formation, une aide exceptionnelle aux employeurs d’apprentis est instaurée.

Autres éditions