Publication

Activité et conditions d’emploi de la main-d’œuvre pendant la crise sanitaire Covid-19 en août 2021

Vue d’ensemble des résultats de l’enquête flash

Le recours au chômage partiel recule encore : 480 000 salariés auraient effectivement été en activité partielle au mois d’août 2021.

La reprise de l’activité des entreprises se confirme en août : 82 % des salariés travaillent dans une entreprise dont l’activité est inchangée ou en hausse malgré la crise sanitaire, après 80 % en juillet. 3 % des salariés travaillent dans une entreprise très fortement touchée - à l’arrêt complet ou en baisse d’activité de plus de 50 % - et 16 % dans une entreprise dont l’activité a baissé mais de moins de 50 %. Les secteurs les plus affectés par des pertes d’activité sont la fabrication de matériels de transport (50 % des salariés concernés), l’hébergement-restauration (44 %) et les arts, spectacles et activités récréatives (43 %).

Le recours au chômage partiel recule encore en août : 480 000 salariés auraient effectivement été en activité partielle au mois d’août 2021 (soit 2,4 % des salariés du privé), après 600 000 en juillet, pour un nombre d’heures chômées correspondant à 180 000 salariés travaillant à temps plein sur le mois. En juin 2021, dernier mois pour lequel l’estimation est disponible, 230 000 salariés auraient bénéficié de l’APLD (50 000 en ETP). Les secteurs industriels, en particulier les entreprises de fabrication de matériel de transport, concentrent la moitié des salariés en APLD. Les entreprises des transports, notamment aériens, en représentent environ 20 %.

Les perspectives économiques s’améliorent de nouveau début septembre : les entreprises qui estiment que le retour à la normale de l’activité aura lieu au plus tard dans trois mois représentent 43 % des salariés, soit une augmentation de 2 points. Cette hausse fait suite à un repli de même ampleur, début août, qui succédait à trois mois de progression. Dans l’hébergement et la restauration, les perspectives sont moins sombres : la part des entreprises qui estiment leur activité durablement affectée, sans retour à la normale avant un an, recule de 4 points entre début août et début septembre, pour s’établir à 20 %. Les entreprises de ce secteur sont aussi moins incertaines sur leurs perspectives. Le risque de licenciement économique, dans le cadre d’un PSE ou non, reste bas.

À la date du 31 août, les difficultés liées au manque de personnel continuent de s’intensifier (24 %, en hausse de 2 points par rapport à la fin du mois de juillet), tandis que les causes de baisse d’activité restent concentrées sur la perte de débouchés (malgré une baisse ce mois-ci, et les restrictions administratives qui sont un peu plus citées). Pour la reprise, les entreprises redoutent principalement les difficultés à recruter et le manque de débouchés. 
 
Le télétravail, notamment sur l’intégralité de la semaine, se stabilise à un niveau bas : en août, les salariés concernés par le télétravail ne sont plus que 13 % à avoir télétravaillé tous les jours de la semaine (soit 3 % de l’ensemble des salariés comme en juillet, après 4 % en juin, 8 % en mai et 10 % en avril). À la date du 31 août, 38 % des salariés travaillent dans une entreprise où la possibilité de télétravailler n’est pas offerte (comme au 31 juillet). Cette proportion est particulièrement élevée dans les plus petites structures et décroît fortement avec la taille de l’entreprise. 19 % des salariés travaillent dans une entreprise qui impose au moins un jour de télétravail par semaine (- 3 points par rapport à juillet). Ces entreprises sont plus fréquemment de grande taille. Lorsqu’un nombre minimum de jours de télétravail est demandé, le plus souvent il s’agit d’un minimum de deux jours télétravaillés par semaine. Début septembre, 30 % des salariés travaillent dans une entreprise qui a l’intention dans les prochains mois d’établir une nouvelle règle, ou de faire évoluer la règle existante en matière de télétravail. Au cours de la dernière semaine d’août, comme fin juillet, 81 % des salariés qui ont travaillé étaient présents sur site.