Dossier

Les jeunes face à la crise sanitaire

Sommaire
Comment la situation des jeunes sur le marché du travail a-t-elle évolué en 2020 ?

En 2020, les jeunes sont affectés par la crise sanitaire. Au plus fort du premier confinement au mois d’avril, parmi les moins de 30 ans, les embauches chutent de 77 % sur un an et le nombre d’inscrits à Pôle emploi augmente de 36 %. Entre fin 2019 et fin 2020, le nombre de jeunes inactifs croît de 2,4 % : la durée en études s’allonge (+0,2 année en moyenne) et le nombre de jeunes ni en emploi, ni en études, ni en formation (NEET) parmi les 16-29 ans s’accroit de 4,6 %.

Les jeunes hommes, ceux sortis plus récemment d’études ou encore les moins diplômés voient leur taux d’emploi davantage baisser que les autres. Mais, in fine, entre fin 2019 et fin 2020, le taux d’emploi des moins de 30 ans ne diminue que de 0,6 point, à la faveur d’une moindre dégradation de la conjoncture en seconde partie d’année et du renforcement des politiques de l’emploi ciblées sur cette population. La situation des jeunes continue ensuite de s’améliorer début 2021.

en savoir plus

Apprentissage : une baisse de la proportion de mineurs en 2020

La part des 15-17 ans dans les entrées baisse nettement entre 2019 et 2020 (-10 points) pour atteindre 22 %. Le nombre de nouveaux contrats de cette tranche d’âge recule légèrement (-3 %), alors qu’il était stable entre 2018 et 2019. La part des 21-25 ans est celle qui augmente le plus (+8 points entre 2019 et 2020).

lire la suite

Contrat de professionnalisation : une baisse des embauches en 2020

 

Les recrutements en contrat de professionnalisation se sont réduis de 48 % par rapport à 2019. Ainsi, le nombre de nouveaux contrats de professionnalisation signés par des jeunes des moins de 26 ans passe de 156 552 à 70 388 (-55 %) entre 2019 et 2020.

 

Voir l’infographie

Apprentis et des lycéens professionnels : une meilleure insertion 12 mois après leur sortie d'études

En juillet 2020, 65 % des apprentis et 44 % des lycéens professionnels ayant terminé leur formation à l’été 2019 sont en emploi (sortants de formations de niveau CAP à BTS). Ils étaient respectivement 62 % et 41 % en janvier 2020, 6 mois après la fin de leurs études : leur insertion dans l’emploi s’est donc améliorée, malgré la crise. Cette hausse est cependant plus faible que celle qu’a connu la génération précédente, sortie d’études à l’été 2018 : l’insertion des apprentis sortis d’études en 2018 était passée de 62 % en janvier 2019 à 68 % en juillet 2019 et celle des lycéens de 42 % à 50 %. 

Dans certaines spécialités les plus affectées par la crise, le taux d’insertion diminue entre janvier 2020 et juillet 2020 (par exemple, pour les apprentis ayant préparé une spécialité du du groupe « secrétariat, communication, information » (-1 point), dont certaines formations sont liées au spectacle) alors qu’il augmente plus que la moyenne dans d’autres (spécialités des services aux personnes (santé, social) pour les lycéens : +6 points).

Consulter le focus

Aide à l’embauche des jeunes (AEJ) : quel bilan ?

Texte

Sur les 22-25 ans :

  • l’AEJ n’aurait pas entraîné de hausse de l’emploi total, en raison d’une baisse des emplois en intérim ou non salariés ;
  • l’AEJ aurait conduit à la création de 60 000 emplois supplémentaires, principalement portée par les CDI, permettant ainsi une sécurisation des contrats de travail

En savoir plus

Images

Stages en entreprise : une baisse au printemps 2020

 

En 2020, le nombre d’entrée en stage ayant fait l’objet d’un déclaration par les entreprise chute de 22 %. Cette baisse se concentre au printemps 2020 : dès le moins de juin, les entrées en stage retrouvent des niveaux similaires à 2019.

 

 ConsulteR le focus