Dossier

Les jeunes face à la crise sanitaire

Sommaire
Comment les jeunes sont-ils affectés par la crise économique liée à la situation sanitaire ?

Un taux d'emploi en recul

En 2020, suite à la crise du Covid-19, la situation sur le marché du travail se dégrade, notamment chez les jeunes. Le taux d’emploi des 15 à 24 ans recule d’1,2 point, alors qu’il diminue seulement de 0,4 point pour les personnes âgées de 25 à 49 ans. Leur taux de chômage, en y intégrant le halo, augmente de 0,9 point sur la même période.

Les jeunes sont plus fréquemment recrutés en contrats courts. Or, l’ajustement de l’emploi s’est concentré sur ces contrats : on estime que sur les 700 000 destructions d’emploi enregistrées au premier semestre 2020, les trois quarts s’expliquerait par des fins de CDD ou de contrats d’intérim.

Dès le début de la crise sanitaire, la Dares s’est mobilisée pour produire des données qui éclairent la situation des jeunes sur le marché du travail : des évaluations ont été réalisées (aide à l’embauche des jeunes), des enquêtes ont été lancées (liens des jeunes avec les missions locales), des indicateurs ont été publiés à un rythme plus soutenu (embauches des jeunes, entrées en stage, en PACEA et en Garantie jeunes…).

Apprentis et des lycéens professionnels : une meilleure insertion 12 mois après leur sortie d'études

En juillet 2020, 65 % des apprentis et 44 % des lycéens professionnels ayant terminé leur formation à l’été 2019 sont en emploi (sortants de formations de niveau CAP à BTS). Ils étaient respectivement 62 % et 41 % en janvier 2020, 6 mois après la fin de leurs études : leur insertion dans l’emploi s’est donc améliorée, malgré la crise. Cette hausse est cependant plus faible que celle qu’a connu la génération précédente, sortie d’études à l’été 2018 : l’insertion des apprentis sortis d’études en 2018 était passée de 62 % en janvier 2019 à 68 % en juillet 2019 et celle des lycéens de 42 % à 50 %. 

Dans certaines spécialités les plus affectées par la crise, le taux d’insertion diminue entre janvier 2020 et juillet 2020 (par exemple, pour les apprentis ayant préparé une spécialité du du groupe « secrétariat, communication, information » (-1 point), dont certaines formations sont liées au spectacle) alors qu’il augmente plus que la moyenne dans d’autres (spécialités des services aux personnes (santé, social) pour les lycéens : +6 points).

Consulter le focus

Aide à l’embauche des jeunes (AEJ) : quel bilan ?

Texte

Sur les 22-25 ans :

  • l’AEJ n’aurait pas entraîné de hausse de l’emploi total, en raison d’une baisse des emplois en intérim ou non salariés ;
  • l’AEJ aurait conduit à la création de 60 000 emplois supplémentaires, principalement portée par les CDI, permettant ainsi une sécurisation des contrats de travail

En savoir plus

Images

Embauches des jeunes : elles rattrapent leur niveau de 2019 et dépassent nettement celui de 2020

En mars 2021, les embauches de jeunes de moins de 26 ans en CDI et CDD de plus de trois mois sont presque revenues au niveau de mars 2019 (- 2 %). Pour les moins de 30 ans, la baisse des embauches est similaire (-3% par rapport à mars 2019). Les embauches en mars 2021 apparaissent ainsi nettement plus élevées que celles enregistrées un an plus tôt, en mars 2020 (+28 % pour les embauches de jeunes de moins de 26 ans en CDI et CDD de plus de trois mois).

Stages en entreprise : une baisse au printemps 2020

 

En 2020, le nombre d’entrée en stage ayant fait l’objet d’un déclaration par les entreprise chute de 22 %. Cette baisse se concentre au printemps 2020 : dès le moins de juin, les entrées en stage retrouvent des niveaux similaires à 2019.

 

 ConsulteR le focus

Missions locales : maintien du contact avec les jeunes lors du premier confinement

Pour la plupart des missions locales, le contact avec les jeunes a généralement pu être maintenu : une mission locale sur deux arrive à rester en contact avec plus de 80 % des jeunes suivis.

Afin de recueillir rapidement des informations relatives à l’impact de la crise sanitaire sur les missions locales, leur activité et sur les publics de jeunes qu’elles accueillent, la Dares a réalisé une enquête flash auprès de ces structures.

Voir les résultats