La conjoncture du marché du travail | 1er trimestre 2018

Les rendez-vous de Grenelle

Selma Mahfouz, directrice de la Dares, a présenté la conjoncture du marché du travail au 1er trimestre 2018. Le focus de la Dares était ensuite dédié aux inégalités professionnelles entre femmes et hommes.

pdf Les RDV de Grenelle au 1er trimestre 2018 Téléchargement (2.3 Mo)
xlsx Données des 5 faits saillants de la conjoncture du marché du travail - 1er (...) Téléchargement (93.2 ko)
pdf Cahier de graphiques : données du 1er trimestre 2018 Téléchargement (1.6 Mo)
xlsx Données - conjoncture du marché du travail - 1er trimestre 2018 Téléchargement (1.1 Mo)

La conjoncture du marché du travail au 1er trimestre 2018 – Résumé

Au 1er trimestre 2018, l’activité économique en France décélère nettement : la croissance du PIB en volume est de +0,2 % par rapport au trimestre précédent, contre +0,7 % fin 2017. Le ralentissement de l’activité ce trimestre est généralisé à l’Europe. Malgré ce contexte, l’emploi salarié continue de progresser en France (+48 800 postes), le secteur tertiaire marchand en étant toujours le principal contributeur. L’emploi dans la construction ne progresse que légèrement, tandis que l’emploi industriel se stabilise. Ce trimestre est également marqué par un contrecoup sur le front du chômage qui repart à la hausse à 9,2 % en France, après une baisse historique de 0,7 point au 4e trimestre 2017. Sur un an, le taux de chômage recule de 0,4 point. Enfin, les salaires réels pâtissent du regain d’inflation et n’augmentent que légèrement (+0,2 % sur un an), malgré le redressement de la productivité du travail (+0,8 % en glissement annuel).

Les inégalités professionnelles entre femmes et hommes - Résumé

En France :

  • les femmes restent moins présentes que les hommes sur le marché du travail, après une forte hausse de la participation féminine ;
  • la maternité est un facteur important de réduction de l’activité des femmes ;
  • les femmes sont plus diplômées que les hommes, mais dans des spécialités moins rémunératrices ;
  • les femmes occupent des postes moins qualifiés que les hommes, dans des entreprises moins rémunératrices ;
  • l’écart de rémunération en défaveur des femmes découle en partie des différences de situation professionnelle ;
  • la France est bien placée pour le taux d’emploi des femmes mais moins bien pour les écarts de rémunération.