Revue Travail et emploi - Varia

Revue Travail et Emploi, n° 154, avril - juin 2018

Vous pouvez consulter l’intégralité du numéro 154 sur Cairn si votre institution dispose d’un abonnement. Les notes de lecture, non mentionnées ici, y sont en libre accès.

Une marche vers l’égalité professionnelle en trompe-l’œil. Disponibilité biographique et inégalités de carrière des hôtesses et stewards

Anne Lambert, Delphine Remillon

Cet article propose une analyse comparée des carrières des hôtesses et des stewards dans le transport aérien. L’exploitation des fichiers du personnel, adossée à l’analyse des accords collectifs des personnels navigants commerciaux et des entretiens de salariés, met en évidence une progression de l’égalité professionnelle en trompe-l’œil dans la compagnie étudiée. Alors que pour les générations passées, la présence massive de femmes parmi les personnels navigants commerciaux s’accompagne d’un accès croissant, à l’ancienneté, aux postes à responsabilité en vol (chef de cabine) et au sol (cadre de secteur), et que les données en coupes répétées font état d’un rapprochement des conditions d’entrée et de sortie de la compagnie entre femmes et hommes, l’analyse longitudinale d’une cohorte d’hôtesses et de stewards entrés plus récemment dans la compagnie (entre 1998 et 2001) montre d’inégales chances de promotion entre femmes et hommes au détriment des premières, ainsi que des modèles de carrière très sexués, avec un poids bien plus important du temps partiel chez les femmes. Loin de réduire cette tendance, le passage d’un système de promotion à l’ancienneté à un système de promotion au choix renforce les inégalités de sexe, à l’encontre de la politique d’égalité professionnelle mise en œuvre par la compagnie aérienne depuis le début des années 2000. En effet, il donne davantage de poids à l’investissement professionnel dans l’entreprise tout au long de la carrière et donc à la « disponibilité biographique », moindre pour les femmes que pour les hommes.

Mots-clés : carrière, inégalités de genre, promotions, organisations, disponibilité biographique, fichier du personnel, méthodes mixtes

An Illusory March Towards Men-Women Equality. Biographical Availability and Career Inequalities Among Flight Attendants

Anne Lambert, Delphine Remillon

This article offers a comparative analysis of the careers of male and female flight attendants in air transport. Using personnel files, collective agreements and interviews with flight attendants, we show that the picture of improvements in career equality in the airline under study is illusory. For earlier cohorts, the massive prevalence of women as flight attendants has been accompanied by growing access to positions of responsibility inflight (cabin manager) and on the ground (base manager), while repeated cross-sectional data indicate a narrowing of the gap between men and women in entry and exit conditions over time. However, our longitudinal analysis of a cohort of flight attendants who entered the company more recently (between 1998 and 2001) reveals gender inequalities in the likelihood of promotion, to the disadvantage of women, as well as highly gendered career models, with women notably more likely to work part-time. Rather than countering this tendency, the shift from a system of promotions based on seniority to one based on selection reinforces gender inequalities, contrary to the claims associated to the equal opportunity policy implemented by the airline beginning in the early 2000s. This is because the new system is more heavily based on employees’ investment in the company throughout their careers, and thus on biographical availability, which is greater among men than women.

Keywords : career, gender inequalities, promotions, organizations, biographical availability, personnel files, mixed methods
JEL : J16, L93, M51

Positions et transmissions socioprofessionnelles des femmes et des hommes au sein de lignées franciliennes

Delphine Remillon, Éva Lelièvre

La mobilité et la stratification sociales ont longtemps été appréhendées en comparant la position de l’enquêté à celle de son père (plus rarement sa mère). Nous cherchons ici à élargir la perspective en reliant la position professionnelle d’un individu à celles des membres de son entourage à partir des données de l’enquête Biographies et entourage. Cette enquête a recueilli auprès d’un échantillon de Francilien·ne·s né·e·s entre 1930 et 1950 l’ensemble de leur carrière professionnelle (et résidentielle et familiale) ainsi que les grandes étapes de la carrière de leurs parents (voire grands-parents), conjoint·e·s, beaux-parents, fratrie et enfants. Cela permet d’étudier finement les processus de transmission professionnelle entre des générations nées de la fin du XIXe siècle au début des années 1980. Les typologies réalisées avec l’analyse de séquences permettent de décrire ces transmissions complexes et de mieux caractériser les milieux socioprofessionnels au-delà de la seule profession et catégorie socioprofessionnelle (PCS) du chef de ménage. Une quadripartition de ces classes urbaines est exposée : lignées populaires et supérieures caractérisées par une forte reproduction sociale ; classes moyennes d’origine populaire, en situation de mobilité ascendante ; lignées d’origine indépendante. L’analyse met en évidence le rôle des femmes dans les transmissions professionnelles et en particulier de l’activité des mères dans les mobilités ascendantes des enquêté·e·s d’origine populaire.

Mots-clés : stratification, mobilité sociale multigénérationnelle, carrières, genre, lignées familiales, méthode d’appariement optimal, enquête biographique

Socio-Occupational Positions and Transmission across Three Generations for Women and Men Residents of the Paris Region

Delphine Remillon, Éva Lelièvre

Social mobility and stratification have long been captured by comparing the respondent’s position with that of his father (more rarely his mother). Using data from the Biographies et entourage (Event Histories and Contact Circle) survey, we seek to broaden the scope of comparison by relating an individual’s occupational position to that of his entourage. This survey, from a sample of Paris-region respondents born between 1930 and 1950, has collected data on the entirety of their professional (and residential and family) life course as well as on the major stages of those of their parents (even grandparents), partners, in-laws, siblings, and children. The process of occupational transmission can thus be explored across generations born from the end of the nineteenth century up to the early 1980s. The typologies carried out with sequence analysis make it possible to describe these complex transmissions and to better characterize socio-occupational environments by going beyond the single socio-professional position of the head of household. A quadripartition of these urban classes is shown : working- and upper-class lineages characterized by strong social reproduction ; middle classes of working-class origin and therefore in a situation of upward mobility ; lineages of independent origin. The analysis highlights the role of women in occupational transmission, particularly that of the activity of mothers in upward mobility of the respondents of working-class origin.

Keywords : stratification, multigenerational social mobility, careers, gender, lineages, optimal matching, biographical survey
JEL : J62, J16

Quand l’externalisation de l’accompagnement des demandeurs d’emploi mène à une standardisation de l’action publique. Le cas des opérateurs privés de l’emploi en Belgique francophone

Julie Gérard

L’article s’intéresse aux enjeux posés par l’externalisation d’une mesure particulière d’activation, à savoir l’accompagnement des demandeurs d’emploi, en Belgique francophone. La mission d’accompagnement est déléguée à des opérateurs privés de l’emploi qui travaillent en partenariat avec les services publics de l’emploi. Plus précisément, l’article étudie la façon dont les dispositifs de régulation sont utilisés pour gérer et évaluer cette mission. Pour ce faire, il analyse les relations de pouvoir et d’influence qui s’exercent à distance entre les services publics de l’emploi et les opérateurs privés, par le biais de « technologies de pouvoir » dont le but est de coordonner et de contrôler l’activité des opérateurs privés. Il rend compte des diverses formes de pression institutionnelle qui émanent de ces technologies, à différentes phases de l’accompagnement, et qui tendent à homogénéiser l’action publique. L’article démontre ainsi à quel point la standardisation et les indicateurs chiffrés deviennent de véritables outils de pouvoir destinés à évaluer la performance et l’efficacité des opérateurs privés. Par ce « gouvernement par les instruments », pour reprendre les termes de Pierre Lascoumes et de Patrick Le Galès (2005), les opérateurs privés sont confrontés à un nouveau modèle de gouvernance qu’ils doivent s’approprier et/ou contourner.

Mots-clés : opérateur privé de l’emploi, action publique, contrôle, stratégie, dispositif de régulation, isomorphisme institutionnel

When Contracting Out Support for Jobseekers Leads To a Standardisation of Public Action. The Case of Private Providers in French-Speaking Belgium

Julie Gérard

This paper analyses the stakes of activation policies in the French-speaking part of Belgium. It focuses on subcontracted private operators and on a particular activation measure – job seekers’ support which aims at improving job seekers’ socio-professional reinsertion. More specifically, it analyses how control devices are implemented via new technologies both to make private providers fulfill their task and evaluate them. It thus examines power and influence relations at stake between Belgian public employment services and private providers. It shows that the technologies used to coordinate and monitor private providers’ activity lead to various forms of institutional pressure intervening at different phases of their job-search assistance task, and to a standardization of public action. Quantitative standardized indicators thus become genuine power tools designed to assess both the performance of private operators and the effectiveness of their action. Private providers are consequently confronted with a new model of governance that they must endorse and/or circumvent.

Keywords : private providers, public action, control, strategy, regulation device, institutional isomorphism
JEL : J64, J68, H44, L33

Comprendre la construction sociale de la représentativité syndicale. Un éclairage à partir des branches professionnelles

Tristan Haute, Karel Yon

Depuis l’institution de la « Mesure d’audience de la représentativité syndicale » (Mars) en 2008, les suffrages des salariés conditionnent la représentativité légale des syndicats et la validité des accords collectifs. Les résultats de la représentativité syndicale et leur construction, sur le plan national interprofessionnel, ont été beaucoup commentés, la victoire de la CFDT sur la CGT étant considérée comme un bouleversement profond du champ syndical. On s’est peu intéressé à la situation dans les branches professionnelles. Or une analyse à cette échelle apporte un éclairage original. D’une part, elle souligne la rupture entre le nouveau dispositif de quantification et les pratiques antérieures de recueil et d’analyse des données des élections professionnelles. C’est en effet au niveau des branches que la spécificité des résultats issus de Mars, qui agrège des données électorales hétérogènes, est la plus visible. D’autre part, l’analyse donne à voir un paysage syndical plus complexe que celui qui ressort de la mesure d’audience interprofessionnelle. Le pluralisme est bien plus riche dans les branches, même si les résultats confirment la suprématie du couple CGT-CFDT, sans que la CFDT ne se détache véritablement de sa rivale.

Mots-clés : syndicats, branches professionnelles, représentativité, élections professionnelles, négociation collective, sociologie, quantification

Analysing the Social Construction of Trade Unions’ Representativeness in French Sectorial Branches

Tristan Haute, Karel Yon

Since 2008, employees’ votes have determined both the legal representativeness of trade unions and their influence in collective bargaining. Discussions on the representativeness of trade unions have focused on the national, cross-industry level, while the situation at the level of sectoral branches has been less studied. Yet, analysing the construction of trade unions’ representativeness in sectoral branches is interesting for two reasons. Firstly, it allows us to point out how the new system differs from previous statistical data based on workplace elections. Indeed, the sectoral level illustrates best the composite nature of the new system of quantification. Secondly, it gives an overview of the field of certified representative trade unions that is more complex than the landscape at the national, cross-industry level. Pluralism is greater within branches, even though results confirm the predominance of two organisations, the CGT and the CFDT. The latter does not stand out from its rival, contrary to what a hasty reading of the global audience would suggest.

Keywords : trade unions, sectorial branches, representativeness, workplace elections, collective bargaining, sociology, quantification
JEL : J52, K31