Quelles pratiques de formation et de tutorat pour les salariés en contrat aidé ?

JPEG - 22.4 ko

45 % des bénéficiaires d’un contrat aidé ont suivi au moins une formation (autre qu’une adaptation au poste de travail) dans les six mois qui ont suivi leur recrutement en contrat unique d’insertion ou en emploi d’avenir ; 32 % n’en ont pas encore reçu mais devraient en suivre une dans les mois à venir, selon les employeurs.

Les salariés de 50 ans et plus ont moins souvent accès à la formation que leurs cadets. Les dispositifs dédiés aux jeunes sont plus contraignants en matière de formation, notamment dans les emplois d’avenir, mais ces différences de contraintes n’expliquent qu’en partie le moindre accès des seniors à la formation.

Quel que soit le type de contrat, plusieurs situations peuvent être identifiées. La première, plus fréquente en CUI-CIE, correspond à des salariés bénéficiant d’un tutorat renforcé mais sans formation. Les autres situations se distinguent par l’intensité de l’accompagnement et de la formation : ainsi, 87 % des emplois d’avenir ont à la fois des formations et un tutorat intensif (30 % des CUI-CAE ; 44 % des CUI-CIE), alors que 47 % des CUI-CAE ont une formation et un tutorat non compensé pour cette activité. Enfin, dans le secteur marchand, les employeurs forment davantage les salariés qu’ils veulent garder après la fin de l’aide de l’État.

- Dares Analyses 2018-016 - Quelles pratiques de formation et de tutorat pour les salariés en contrat aidé ?

- Données à télécharger - Quelles pratiques de formation et de tutorat pour les salariés en contrat aidé ?