Les réfugiés en France : des travailleurs étrangers (presque) comme les autres ?

JPEG - 22.4 ko

Selon l’enquête « Elipa » de 2010, 13 % des immigrés ayant obtenu un premier titre de séjour d’au moins un an en 2009 sont des réfugiés. Les autres motifs de détention d’un titre de séjour sont principalement familiaux (72 %) ou liés au travail (9 %).

En 2010, 39 % des réfugiés sont en emploi, soit 53 % des hommes et 19 % des femmes. Les réfugiés ont un peu plus de difficultés à trouver un emploi que les autres titulaires d’un titre de séjour. Pour les femmes réfugiées, les contraintes familiales, associées à une arrivée généralement plus récente sur le territoire français, constituent souvent un frein pour s’insérer sur le marché du travail.

Les réfugiés ont, par ailleurs, un sentiment de déclassement plus prononcé : 38 % d’entre eux considèrent qu’ils occupent une position professionnelle moins favorable que celle qu’ils avaient dans leur pays d’origine contre 26 % pour les détenteurs d’un titre de séjour familial et 14 % pour les salariés. Cependant, trois ans après la première interrogation, les taux d’activité et d’emploi des réfugiés se redressent fortement.

- Dares Analyses 2018-037 - Les réfugiés en France : des travailleurs étrangers (presque) comme les autres ?

- Données à télécharger - Les réfugiés en France : des travailleurs étrangers (presque) comme les autres ?