Les grèves en 2017

Une intensité moindre après le pic de conflictualité de 2016

En 2017, 1,9 % des entreprises de 10 salariés ou plus du secteur marchand non agricole déclarent avoir connu un ou plusieurs arrêts collectifs de travail, soit une proportion comparable à 2016. Ces entreprises emploient 24 % des salariés du champ. Le nombre de journées individuelles non travaillées (JINT) s’élève à 71 pour 1 000 salariés.

Les rémunérations sont le premier motif d’arrêt collectif de travail, cité par 40 % des entreprises ayant connu au moins une grève en 2017. La contestation des ordonnances du 22 septembre 2017 réformant le code du travail a été évoquée comme motif de grève dans 8 % de ces entreprises.

Après un pic lié aux mouvements sociaux contre la loi du 8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels, l’intensité des grèves diminue en 2017 pour s’établir au même niveau qu’entre 2011 et 2015. Dans les secteurs de l’industrie et des services, la fréquence des grèves est plus importante que dans le commerce et la construction. Les arrêts collectifs de travail sont plus intenses dans l’industrie et dans le secteur « transports et entreposage ».

pdf Dares Résultats 2019-059 - Les grèves en 2017 Téléchargement (801.6 ko)
xls Données à télécharger - Les grèves en 2017 Téléchargement (203 ko)