Les grèves en 2016

Plus intenses, un peu plus fréquentes et portées par des mots d’ordre interprofessionnels

JPEG - 22.6 ko

En 2016, 1,7 % des entreprises de 10 salariés ou plus du secteur marchand (hors agriculture) déclarent avoir connu un ou plusieurs arrêts collectifs de travail, en augmentation par rapport à 2015. Ces entreprises emploient 26 % des salariés du champ. Le nombre de journées individuelles non travaillées (JINT) pour 1 000 salariés a quasiment doublé de 2015 à 2016, passant de 69 à 131 jours. Cette augmentation est d’autant plus significative qu’elle survient après cinq ans de relative stabilité du nombre de JINT.

L’année 2016 est marquée, au niveau interprofessionnel, par les mouvements sociaux contre la loi du 8 août 2016 – dite « loi travail ». Ces mobilisations représentent le premier motif d’arrêt collectif de travail, cité par 41 % des entreprises ayant connu une grève en 2016, alors que ce sont habituellement les rémunérations qui en sont le motif le plus fréquent.

Les grèves sont un peu plus fréquentes qu’en 2015 dans les entreprises de l’industrie, de la construction et des services, mais pas dans les entreprises du commerce. En revanche, dans tous les secteurs, elles sont nettement plus intenses en 2016 qu’en 2015. En particulier dans le commerce, la proportion d’entreprises du transport et d’entreposage ayant connu une grève est la même en 2015 et en 2016, mais le nombre de jours non travaillés pour fait de grève pour 1 000 salariés y est 2,6 fois plus important.

- Dares résultat 2018-059 - Les grèves en 2016. Plus intenses, un peu plus fréquentes et portées par des mots d’ordre interprofessionnels

- Données à télécharger - Les grèves en 2016. Plus intenses, un peu plus fréquentes et portées par des mots d’ordre interprofessionnels