L’insertion par l’activité économique en 2018

Une baisse des embauches contrebalancée par une hausse du temps de travail

Fin 2018, le secteur de l’insertion par l’activité économique (IAE) comptait un peu plus de 132 300 salariés en insertion, un nombre en baisse de 4,7 % par rapport à 2017. Répartis dans 3 803 structures conventionnées par l’État, les salariés de l’IAE sont majoritairement dans les ateliers et chantiers d’insertion (ACI, 38,3 %) et les associations intermédiaires (AI, 40,1 %). Les entreprises d’insertion (EI) et les entreprises de travail temporaire d’insertion (ETTI) emploient, quant à elles, respectivement 11,3 % et 10,3 % des salariés.

Après une augmentation en 2017 (+10,4 %), le total des embauches (tous types de structures confondues) diminue en 2018 (-5,5 %). Toutefois, le volume d’équivalents temps plein (ETP) est en hausse de 4,8 % sur l’année, porté par une augmentation moyenne de près de 6,0 % du temps de travail hebdomadaire.

Les nouvelles embauches restent stables dans les ACI, malgré une légère diminution du nombre de structures conventionnées en 2018, pour la première fois depuis 2007. La hausse des nouvelles embauches dans les EI se poursuit à un rythme légèrement moins important que celui de 2017 (5,8 % après 9,2 %). Concernant les ETTI et les AI, les embauches sont en baisse de respectivement 15,4 et 7,7 % à l’inverse de l’évolution de 2017 (+16,3 % et +11,2 %). Cependant, le nombre d’heures travaillées est en augmentation par rapport à 2017 ce qui se traduit par une hausse du nombre d’ETP (+5,3 % et +0,7 %) malgré la baisse des embauches.

pdf Dares Résultats 2020-008 - L’insertion par l’activité économique en (...) Téléchargement (777.8 ko)
xlsx Données à télécharger - L’insertion par l’activité économique en (...) Téléchargement (64.9 ko)