N° 144 - Revue TRAVAIL ET EMPLOI octobre-décembre 2015 - Varia

Vous pouvez consulter l’intégralité du numéro 144 sur Cairn si votre institution dispose d’un abonnement.

Élire des juges et représenter le monde du travail
Les élections prud’homales en débats (1907-2014)

Laurent Willemez

Alors que l’élection comme mode de désignation des conseillers prud’hommes a été supprimée par le Parlement, l’article revient sur la manière dont les élections prud’homales ont articulé trois légitimités distinctes, qui construisaient l’identité sociale des conseillers : légitimité syndicale, légitimité juridique et légitimité professionnelle. Pour ce faire, il montre, dans une perspective sociohistorique, comment les débats, et tout particulièrement les débats parlementaires qui ont conduit au vote des deux réformes de 1907 et de 1979, se sont organisés autour de controverses sur les différentes manières de représenter le monde du travail. Il permet ainsi de réinterroger à la fois le concept de «  démocratie sociale » et la place occupée par le fait électoral dans le monde du travail.

Mots-clés : démocratie sociale, syndicalisme, prud’hommes, politiques du travail, élections

Electing Judges and Representing Labour
Debates About Lay Judges Elections

Laurent Willemez

As the election of labour courts’ lay judges (conseillers prud’hommes) has been very recently suppressed by the French Parliament, the aim of the paper is to study the way such elections produced a very peculiar form of labour representation. Indeed, they articulated three sorts of legitimation : a trade-unionist one, a legal one and a professional one. Based on a socio-historical study of debates, and principally parliamentary debates, the paper shows how they led to the major reforms of prud’hommes in 1907 and 1979, which induces us to analyze the concept of French social democracy.

Keywords : industrial relations, trade-unionism, lay judges, elections, labour tribunals

JEL : J53

Formation et identité syndicale à la CFE-CGC
L’entreprise comme espace de référence

Corinne Delmas

Instrument de transmission de valeurs, de savoir-faire, voire de savoir-être, la formation permet d’éclairer l’engagement syndical et la socialisation militante. Elle révèle également, en tant qu’outil de légitimation, les «  effets de rhétorique » des syndicats, ainsi que le décalage entre les discours confédéraux et les pratiques. L’étude des stages proposés par la CFE-CGC montre les spécificités, l’activité et l’identité de cette organisation dans le paysage syndical français. De nature essentiellement pragmatique, les formations observées nous semblent constituer davantage un lieu de transmission de «  savoir-faire » que d’acculturation militante. Face aux défis du renouvellement syndical et de la réforme de la représentativité, la CFE-CGC est confrontée à d’importants enjeux organisationnels de développement. La professionnalisation, l’essor d’un syndicalisme d’adhérents et l’émergence de la figure du manager attestent à la fois d’évolutions affectant l’ensemble de l’espace syndical et de la singularité d’un engagement ayant l’entreprise comme espace de référence.

Mots-clés : formation, CFE-CGC, syndicalisme, cadres, engagement

Trade Union Identity and Training in the CFE-CGC
The Company as a Reference Model

Corinne Delmas

As a tool of transmission of values, know-how, even social-skills, training allows to shed light on trade union commitment and militant socialization. As an instrument of legitimization, it uncovers the “effects of rhetoric”, and the gap between confederate speeches and the practices as well. The study of the training courses proposed by the CFE-CGC enlightens the specificities, the activity and the identity of this trade union in France. This training is very pragmatic ; it appears to be more a tool of transmission of “know-how” than activist’s cultural integration. In the face of the challenges of trade union renewal and of the reform of representativeness, the CFE-CGC is confronted with organizational stakes of development. The professionalization, the development of a trade unionism in the service of its members and the emergence of the figure of the manager brings to light evolutions of trade unionism as well as the uniqueness of a commitment within the company.

Keywords : training, CFE-CGC, trade unionism, manager, commitment

JEL : J51

«  Je ne vous opérerai pas. »
Registres argumentaires des refus d’opérer en chirurgie esthétique

Yannick Le Hénaff

Dans cet article, nous nous sommes intéressé au cas original des refus d’opérer en chirurgie esthétique, en nous basant sur quatre-vingts entretiens avec des praticiens, des observations en congrès et une analyse de revues professionnelles. Écartant les réserves anatomiques ou physiologiques, les chirurgiens enquêtés expliquent leur décision par l’inadéquation entre le comportement ou la demande du client et leurs propres attentes. Le demandeur est alors rangé dans la catégorie de client à problèmes, en raison des conflits potentiels, voire des ennuis judiciaires, qu’il pourrait générer. Différents niveaux de lecture ont été proposés qui ont pour dénominateur commun le recours aux notions d’autonomie et d’identité professionnelles des chirurgiens, qui permet notamment de mettre en évidence leur fragilité médicale. Par ailleurs, sous couvert de déontologie (en se désintéressant des bénéfices financiers d’une opération), ces professionnels s’autorisent à écarter les clients qu’ils jugent indignes ou potentiellement dangereux, et ouvrent donc la porte à des processus de discriminations.

Mots-clés : chirurgie esthétique, refus d’opérer, autonomie professionnelle, légitimité professionnelle

“I Won’t Operate.”
The Main Justifications Put Forward by Cosmetic Surgeons When Rejecting Clients

Yannick Le Hénaff

This article studies for what reasons certain surgeons refuse to operate on potential cosmetic surgery clients. The analysis is based on articles published in professional journals, observations during professional congresses and eighty in-depth interviews. Setting aside anatomical and physiological questions, the surgeons point to what they deem to be the client’s inappropriate request or behaviour as the main reason for their refusal to operate. The client is then labelled as a potential troublemaker, because his attitude can lead to interpersonal conflict or even legal trouble. Our multi-level analysis includes two main dimensions –professional identity and professional autonomy– which show the potential fragility of the surgeons in the client-physician relationship. Moreover, reframing the situation as question of ethics (they insist they are not interested in making profits), these professionals push away clients whom they judge to be undeserving or potentially dangerous. Doing so, they de facto discriminate.

Keywords : cosmetic surgery, deny to operate, professional autonomy, professional legitimacy

JEL : I1, I11

Le salaire moindre des femmes : une question d’individu ou de profession ?

Arnaud Dupray, Stéphanie Moullet

Dans quelle mesure le handicap salarial des femmes dans la vie professionnelle relève-t-il de leur condition ou renvoie-t-il à la pénalité salariale attachée au degré de féminisation des professions ? Et comment l’articulation entre les deux niveaux (individu et profession) évolue-t-elle entre le tout début de vie active et au terme de dix ans de carrière, période où la construction d’une cellule familiale influe sur les salaires des femmes et des hommes ? Une approche multiniveau est appliquée au secteur concurrentiel à partir de données issues de l’enquête Génération 98 et des recensements de la population. Nous montrons que, toutes choses égales par ailleurs, l’appartenance à une profession féminisée s’accompagne en début de vie active d’un salaire inférieur de 8 %, pour les hommes comme pour les femmes, ces dernières enregistrant en outre une pénalité de l’ordre de 4 % en raison de leur sexe. Le handicap salarial dû à la féminisation des professions continue de prévaloir après dix ans d’expérience, mais seulement pour les actifs sans enfant. Parmi les parents, le désavantage salarial des femmes est patent au niveau individuel (– 21 %) alors que celui associé aux professions féminisées est plus limité (– 8 %) et ne concerne que les mères.

Mots-clés : ségrégation selon le genre, profession, salaires, approche multiniveau

The Women’s Wage Penalty : Individual or Occupational Issue ?

Arnaud Dupray, Stéphanie Moullet

To what extent does the women’s wage penalty depend on their own characteristics or on the feminization of the occupation they hold ? How does the interaction between individual and occupational levels in explaining gender wage disparity evolve from the beginning of working life to a decade of experience, when family building influences the wages of women and men ? A multilevel modelling approach is applied to individuals working in private sector jobs with data from the Generation 98 survey and population censuses. It is shown that female dominated occupations are less paid than others, for men and women (– 8 %) whereas the wage penalty for being a woman is around 4 % at the start of working life. The occupational wage effect still prevails after ten years of career, but only for workers without children. Considering men and women with children, the penalty on women is obvious (– 21 %) whereas the one linked to having a female dominated occupation has a more limited effect (– 8 %) and concerns mothers only.

Keywords : sex segregation, occupation, wages, multilevel model

JEL : C33, J16, J31, J62