Trajectoire d’une cohorte de nouveaux inscrits à l’ANPE selon le FH-DADS

JPEG - 6.7 ko

Le récent appariement des fichiers de demande d’emploi à l’ANPE1 (FH) et des fichiers de déclaration d’emploi (DADS), créant la source dite FH-DADS, apporte un nouvel éclairage sur les trajectoires professionnelles des demandeurs d’emploi : malgré des problèmes méthodologiques liés au champ limité de la source (29% des demandeurs d’emploi sont absents des deux fichiers trois ans après leur inscription), le FH-DADS permet un suivi exceptionnellement long des demandeurs d’emploi. De plus, la taille de l’échantillon du FH-DADS permet un suivi précis même pour des sous-populations représentant une faible part des demandeurs d’emploi.

Ce document d’étude mobilise, pour la première fois, le FH-DADS pour décrire les trajectoires professionnelles des demandeurs d’emploi nouvellement inscrits durant l’année 1999. D’un point de vue agrégé, la part des demandeurs d’emploi sortis des listes et occupant un emploi salarié dans le champ DADS progresse continûment lors des deux premières années suivant l’inscription puis se stabilise autour de 40 % au cours des trois années suivantes. Cette apparente stabilisation agrégée masque de nombreuses transitions individuelles et l’insertion professionnelle demeure fragile pour une partie des demandeurs d’emploi. Environ un quart de ceux ayant retrouvé un emploi six mois après leur inscription ne sont plus en emploi six mois plus tard, environ la moitié de ceux ayant retrouvé un emploi trois ans après leur inscription ne sont plus en emploi au cours des deux années suivantes. Afin de rendre compte de la diversité des trajectoires individuelles, on construit une typologie des trajectoires de quatre profils-type :

- 29% des demandeurs d’emploi nouvellement inscrits en 1999 connaissent une insertion professionnelle « directe » : au cours des trois années suivant leur inscription, ils quittent l’ANPE pour occuper un emploi et ne se réinscrivent pas sur les listes de demandeurs d’emploi sur la période. 13 % ont retrouvé leur emploi avant la fin de leur première année d’inscription (« retour rapide à l’emploi »), tandis que 16 % l’ont retrouvé après cette date (« retour lent à l’emploi »).

- Pour 26 % des demandeurs d’emploi, l’insertion professionnelle est moins directe. Ils occupent un emploi au cours des trois années, mais retournent s’inscrire à l’ANPE sur la période.

- 16% des demandeurs d’emploi ne quittent pas l’ANPE pour l’emploi au cours des trois années.

- Enfin, 29% des demandeurs d’emploi sont « perdus de vue » (i.e. absents des deux fichiers) trois ans après leur inscription

Document d’études n° 152 - Trajectoire d’une cohorte de nouveaux inscrits à l’ANPE selon le FH-DADS

------------ .
1 Pôle emploi depuis le 1er janvier 2009.