Quels effets attendre du RSA sur l’offre de travail et les salariés ?

Un bilan des travaux sur l’EITC et le WFTC

JPEG - 6.7 ko

Les pays anglo-saxons expérimentent depuis plusieurs dizaines d’années déjà les mesures de crédit d’impôt avec un double objectif de redistribution et d’incitation à la reprise d’activité. Ainsi, l’Earned Income Tax Credit (EITC) aux États-Unis et le Working Family Tax Credit (WFTC) au Royaume-Uni ont été largement étudiés dans la littérature économique : outre leur impact redistributif, ces crédits d’impôts, relativement élevés, ont eu des effets sur la participation au marché du travail des populations éligibles.

Un certain consensus existe sur l’effet positif des crédits d’impôts anglo-saxons sur la participation des mères isolées ; en revanche les résultats sont plus mitigés concernant l’activité du second conjoint d’un couple. Même si ces mesures visent à augmenter le revenu disponible des ménages, elles peuvent cependant selon certaines études réduire le salaire des travailleurs peu qualifiés, les employeurs bénéficiant en partie du crédit d’impôt via une baisse du salaire négocié.

Les conclusions des études anglo-saxonnes peuvent être riches d’enseignement pour anticiper les conséquences de l’instauration en France de la composante « crédit d’impôt » du Revenu de solidarité active (RSA-chapeau) sur la participation, les salaires et les heures travaillées de ses futurs bénéficiaires.

Document d’études n° 153 - Quels effets attendre du RSA sur l’offre de travail et les salariés ?