Le CDD : Un tremplin vers le CDI dans deux tiers des cas…mais pas pour tous

JPEG - 6.7 ko

Le marché du travail des pays industrialisés a connu de profondes mutations au cours des 20 dernières années : avancées technologiques et mondialisation ont conduit à la recherche de plus de flexibilité et au développement de nouvelles formes d’emploi.

Ces évolutions font craindre une raréfaction des emplois stables (sous la forme de CDI) et le développement de l’insécurité de l’emploi. Parallèlement, le sentiment d’une augmentation de cette insécurité s’est largement répandu au sein des salariés (Deloffre et Rioux, 2004).

Le besoin croissant de flexibilité des entreprises s’est traduit par le développement des formes d’emplois dits « précaires » tels que le CDD, l’intérim ou les emplois aidés, ainsi que par l’externalisation d’activités via la sous-traitance ou le recours à des travailleurs indépendants. Entre 1985 et 2000, en France, le taux de recours à l’emploi temporaire (travailleurs saisonniers, CDD,intérimaires, contrats d’apprentissage, travailleurs à l’essai, stagiaires) a augmenté de 10 points, passant de 4,5% à 14,5% (OCDE 2002).
Le développement de ces contrats précaires entraînerait une dualité du marché du travail : d’un côté les salariés en CDI, de l’autre les salariés en emploi temporaire qui ne pourraient sortir de leur situation précaire.

Il est donc intéressant de se pencher sur les liens qu’entretiennent ces contrats atypiques avec la stabilité de l’emploi et notamment sur les transitions entre ces emplois et le chômage ou les contrats à durée indéterminée.

Cette étude se propose donc, à partir de l’échantillon français du Panel Européen des Ménages, d’essayer de mieux comprendre les liens qu’entretiennent les CDD1 avec les autres états du marché du travail : les CDD sont-ils vraiment un mode d’accès au CDI ? Ou au contraire, y a-t-il un risque « d’enfermement » dans des parcours alternant CDD et chômage, sans pouvoir accéder à l’emploi stable ?

La première partie présente rapidement la littérature économique sur le thème de l’insécurité de l’emploi, et notamment son lien avec les contrats précaires. Les deuxième et troisième parties fournissent des éléments descriptifs sur les CDD et les transitions sur le marché du travail. Enfin, la quatrième partie s’intéresse à l’accès des personnes en CDD à l’emploi stable à moyen terme. Le modèle économétrique développé ici montre que 66% des personnes en CDD obtiendraient un CDI sur une période de 3 ans.

Document d’études n° 117 - Le CDD : Un tremplin vers le CDI dans deux tiers des cas…mais pas pour tous

1 Dans la mesure du possible, l’étude se concentre sur les individus en CDD. Cependant, ceux-ci ne peuvent pas toujours être distingués des individus en intérim ou en contrat aidé dans les enquêtes.