Évaluation du suivi mensuel personnalisé mis en place par l’ANPE en 2006

JPEG - 6.7 ko

Dans cette étude, nous évaluons l’effet du suivi mensuel personnalisé (SMP) sur les trajectoires des demandeurs d’emploi. Le SMP a été mis en place par l’ANPE à partir du 1er janvier 2006, afin de renforcer le suivi de la grande majorité des demandeurs d’emploi ; il est destiné aux demandeurs d’emploi qui présentent un risque faible à modéré de chômage de longue durée. Avec le SMP, le suivi devient plus précoce puisqu’il débute à partir du 4e mois passé sur les listes de demandeurs d’emploi ; il devient aussi plus intensif puisque le rythme d’entretien inviduel est mensuel.

Notre évaluation consiste à comparer les trajectoires de demandeurs d’emploi présentant un risque faible à modéré de chômage de longue durée, s’inscrivant à Pôle emploi avant et après la mise en place du SMP. Afin d’isoler l’effet de la réforme d’éventuels effets "conjoncturels", nous appliquons une méthode de différence de différences, en prenant pour groupe de contrôle les demandeurs d’emploi présentant un risque élevé de chômage de longue durée et auxquels le SMP n’est pas proprement destiné.

Nous estimons que l’intensification du suivi réduit significativement la durée passée sur les listes, quel que soit le statut au regard de l’indemnisation, avec une diminution comprise entre -5 et -12 %. Cet effet augmente avec la durée potentielle d’indemnisation du demandeur d’emploi, et la réduction est plus importante pour l’année 2007 que pour l’année 2006.

Nous montrons que les demandeurs d’emploi éligibles au SMP sont restés moins longtemps inscrits à l’ANPE, sous le double effet de reprises d’emploi et de radiations administratives qui interviennent plus rapidement après l’inscription. L’accélération des sorties pour reprise d’emploi ou des radiations administratives est concentrée sur la première année d’inscription et débute avant même le 4e mois, date théorique du premier entretien SMP. Au cours de la première année d’inscription, nous estimons que, sous l’effet du SMP, le taux de sortie vers l’emploi augmente d’entre 23 et 34 % selon l’année d’inscription et le statut au regard de l’indemnisation. Comme précédemment, cet effet augmente avec la durée d’indemnisation.

Document d’études n° 175 - Évaluation du suivi mensuel personnalisé mis en place par l’ANPE en 2006