Les tensions sur le marché du travail entre octobre 2004 et mars 2005

Plus d’offres enregistrées à l’ANPE, en particulier pour des métiers qualifiés, mais les offres en contrats courts sont de plus en plus nombreuses

JPEG - 6.6 ko

D’octobre 2004 à mars 2005, les offres enregistrées à l’Anpe augmentent de +6 % par rapport au même semestre de l’année antérieure.

Cependant, les emplois proposés sont de plus en plus sur des contrats de moins de six mois : 59 % ce semestre, soit +2,5 % par rapport à la situation d’octobre à mars 2004. Simultanément, les flux de demandes enregistrées (catégories 1+2+3) continuent à baisser : - 3 %. Ainsi, depuis fin 2003, les tensions sur le marché du travail progressent. Pour autant, le nombre de demandeurs d’emploi des catégories 1+2+3 ne diminue pas encore. Il augmente même de +3 % entre mars 2004 et mars 2005 car la baisse des flux d’entrées au chômage est insuffisante pour permettre la résorption du nombre de demandes.

La montée des tensions est cette fois plus sensible dans des domaines où la part des emplois qualifiés est forte : l’informatique, la banque et les assurances et dans certains domaines industriels, en particulier la mécanique, l’électricité-électronique, et la maintenance.

Actuellement, les domaines où les tensions restent les plus fortes sont, dans l’ordre, l’agriculture (en particulier les maraîchers, jardiniers), les hôtels, cafés, restaurants, la banque et les assurances (plus spécialement les employés et techniciens des assurances), la santé (pour les infirmières), l’électricité-électronique et la mécanique (pour les techniciens en particulier), les industries de process, le commerce (représentants et intermédiaires du commerce) et le bâtiment (en particulier pour les ouvriers qualifiés des travaux publics).

Premières Informations 2005-27.1 - Les tensions sur le marché du travail entre octobre 2004 et mars 2005 : plus d’offres enregistrées à l’ANPE, en particulier pour des métiers qualifiés, mais les offres en contrats courts sont de plus en plus nombreuses