Les nouveaux détenteurs d’un titre de séjour en 2006

une mobilisation importante des réseaux familiaux et personnels pour l’accès à l’emploi

GIF - 3.9 ko

Selon l’enquête « Parcours et profils des migrants » de la Drees, les personnes ayant obtenu un premier titre de séjour d’au moins un an en 2006 ont souvent mobilisé leurs réseaux de relations personnels et familiaux pour s’insérer sur le marché du travail après leur arrivée en France. Arrivées sur le territoire français pour un quart avant 2002 et pour plus de la moitié avant 2006, elles occupent à 43 % un emploi à cette date.

Les hommes sont plus souvent en emploi (65 %) que les femmes (24 %). Pour celles-ci les contraintes familiales et le manque de connaissance de la langue française, associées à une arrivée généralement plus récente sur le territoire français, constituent souvent un handicap.

La situation sur le marché du travail varie aussi selon les origines géographiques ou les motifs d’octroi du titre de séjour. Les personnes originaires d’Asie ou d’Europe sont ainsi plus souvent en emploi que celles nées au Maghreb ou en Afrique.

Les réfugiés et les bénéficiaires du regroupement familial ont également plus de difficultés à trouver un emploi, en raison notamment d’un réseau de sociabilité moins étendu et d’une présence sur le territoire français moins longue. Un tiers des nouveaux détenteurs d’un titre de séjour recherchent un emploi en 2006, en ayant recours à différents canaux de conseils et d’aides fournis par le réseau familial, les amis ou les institutions comme l’ex-ANPE.

- Dares Analyses 2011-036 - Les nouveaux détenteurs d’un titre de séjour en 2006 : une mobilisation importante des réseaux familiaux et personnels pour l’accès à l’emploi