Les mouvements de main-d’œuvre en 2012

Recul des recrutements en CDI dans tous les secteurs

GIF - 3.9 ko

En 2012, les établissements de 1 salarié ou plus de France métropolitaine ont recruté en CDD dans 81,2 % des cas (+3,0 points par rapport à 2011). Quels que soient la taille et le secteur, la part des CDD dans les embauches est majoritaire et progresse nettement. Seuls les établissements de 50 salariés ou plus de la construction font exception.

Le taux d’entrée en CDD s’est élevé en 2012 à 42,6 %, soit une augmentation de 2,9 points.
Il augmente nettement dans le tertiaire (+4,1 points), secteur dans lequel il est de loin le plus élevé.
Il progresse légèrement dans l’industrie (+0,3 point) et recule dans la construction (-1,2 point).

Le taux d’entrée en CDI a été de 9,8 %. Il est en baisse de 1,2 point par rapport à 2011 et ce dans tous les secteurs : -1,3 point dans le tertiaire, -1,8 point dans la construction et -0,8 point dans l’industrie.

La hausse du taux d’entrée en CDD et la baisse des recrutements en CDI concernent toutes les classes d’âge, et les femmes comme les hommes. De même, pour chaque catégorie socioprofessionnelle, le taux d’entrée en CDD progresse en 2012 et le taux d’entrée en CDI recule.

En 2012, le taux de sortie de CDD est en hausse (+2,7 points) et s’établit à 40,0 %. Comme le taux d’entrée, il est nettement plus élevé dans le tertiaire que dans la construction et l’industrie. Le taux de sortie de CDI s’est quant à lui établi à 11,3 %, en recul de 0,4 point. La démission est le premier motif de sortie de CDI (40 % des sorties de CDI).

Tous types de contrat confondus, les mouvements de main-d’œuvre diminuent avec l’âge des salariés. Ils sont également plus fréquents pour les ouvriers non qualifiés et les employés que pour les autres catégories socioprofessionnelles.

Dares Analyses 2014-003 - Les mouvements de main-d’œuvre en 2012. Recul des recrutements en CDI dans tous les secteurs