Les écarts de salaire entre les hommes et les femmes en 2006

Des disparités persistantes

JPEG - 7.6 ko

En 2006, dans les entreprises de 10 salariés ou plus du secteur concurrentiel, la rémunération brute totale moyenne des femmes est inférieure de 27 % à celle des hommes. L’écart est de 16 % quand on se réfère au salaire horaire brut total, c’est-à-dire la rémunération rapportée au nombre d’heures rémunérées, pour les salariés dont le temps de travail est décompté en heures. Pour le seul salaire horaire de base, l’écart est moindre, les primes et la rémunération des heures supplémentaires ou complémentaires accentuant légèrement l’écart constaté au niveau du salaire horaire de base.

Ces écarts salariaux reflètent pour partie la répartition différenciée des hommes et des femmes dans l’emploi. Les femmes sont moins souvent cadres que les hommes et occupent moins souvent des postes qualifiés ou avec des responsabilités d’encadrement. L’écart salarial est plus élevé parmi les salariés les plus âgés et parmi les plus diplômés. Il est également marqué parmi les cadres et parmi les ouvriers. Les écarts de salaire horaire sont aussi plus importants dans les secteurs les plus féminisés où les femmes sont moins nombreuses que les hommes aux postes les plus rémunérateurs.

Même à caractéristiques voisines, les femmes ont des salaires horaires inférieurs en moyenne à ceux des hommes. Les différences de caractéristiques propres aux salariés, aux entreprises ou aux emplois, recensées dans cette étude, n’expliquent qu’un peu plus du tiers de l’écart salarial entre les hommes et les femmes.

Premières Synthèses 2008-44.5 - Les écarts de salaire entre les hommes et les femmes en 2006