Les demandeurs d’emploi en zones urbaines sensibles : un accès privilégié aux contrats emploi-solidarité

JPEG - 7.6 ko

En 2003, 72 000 résidents en zone urbaine sensible (ZUS) ont accédé à un contrat aidé hors alternance, soit 13 % du total des entrants en France métropolitaine. Le contrat emploi-solidarité (CES) est le dispositif le plus utilisé : il représente à lui seul 55 % des embauches en contrat aidé en ZUS.

Cette mobilisation vise particulièrement les demandeurs d’emploi ; ainsi, dans la quasi-totalité des régions, ils ont plus de chances d’accéder à un contrat aidé s’ils résident en ZUS que s’ils habitent dans l’ensemble de la région.

En revanche, la sur-représentation des allocataires du RMI dans les entrées en politique d’emploi en ZUS semble uniquement liée à la structure de la population.

En effet, quelle que soit la mesure, les chances d’accès aux contrats aidés sont inférieures pour les RMIstes habitant les quartiers défavorisés par rapport à celles de l’ensemble de la population au RMI.

- Premières Synthèses 2005-39.2 - Les demandeurs d’emploi en zones urbaines sensibles : un accès privilégié aux contrats emploi-solidarité