Les contrats courts vus par les salariés

Une précarité de l’emploi qui n’induit pas nécessairement une précarité du travail

JPEG - 7.6 ko

Les salariés en contrat court, c’est-à-dire en contrat à durée déterminée (CDD) ou en intérim, sont préoccupés par la précarité de leur emploi, et notamment par le risque de se retrouver au chômage. Près de 85 % jugent que leur type de contrat les empêche de faire des projets à long terme, comme l’achat d’un logement.

Parallèlement, une majorité des salariés en contrat court déclare se sentir tout aussi intégrée à leur entreprise que ceux embauchés en contrat à durée indéterminée (CDI). Leur travail leur paraît tout aussi intéressant et ils ne pensent pas être moins bien rémunérés que les salariés en CDI. Un cinquième des salariés en contrat court préfère même ce type de contrat. Nombre d’entre eux sont encore étudiants.

Le CDI reste toutefois le contrat de référence. 75 % des salariés en contrat court déclarent qu’ils auraient préféré obtenir un CDI. Un CDD ou une mission d’intérim est vu, par plus de la moitié des salariés concernés, comme un moyen d’éviter une rupture professionnelle ou d’obtenir ensuite un CDI dans l’entreprise.

Premières Synthèses 2007-12.3 - Les contrats courts vus par les salariés : une précarité de l’emploi qui n’induit pas nécessairement une précarité du travail