Les contrats aidés dans les Zus en 2012

Un accès plus important au CUI-CAE dans les zones urbaines sensibles

GIF - 3.9 ko

En 2012, en France métropolitaine, 55 000 résidents des zones urbaines sensibles (Zus) ont été embauchés en contrat unique d’insertion (CUI) et en emploi d’avenir, représentant 12,1 % du total des entrants en contrats aidés. Cette proportion est stable par rapport à 2011.

En Zus, plus que dans les quartiers urbains environnants, les bénéficiaires de CUI ont un niveau de formation initiale relativement faible, sont souvent allocataires de minima sociaux, et de nationalité étrangère. On observe également ces différences infra-urbaines parmi les demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi.
Les emplois occupés par les résidents de Zus en contrats aidés sont aussi plus souvent manuels.

À caractéristiques sociodémographiques identiques, les demandeurs d’emploi résidant en Zus ont, en 2012 comme en 2011, accédé plus fréquemment au CUI dans le secteur non marchand (CAE) et, dans les mêmes proportions, au CUI dans le secteur marchand (CIE) que les demandeurs d’emploi des quartiers hors Zus des mêmes agglomérations.

Les contrats en alternance restent peu mobilisés pour les jeunes résidents des Zus. En 2011, ces derniers représentaient 5,1 % des nouveaux apprentis, comme des jeunes entrés en contrat de professionnalisation.

Dares Analyses 2014-022 - Les contrats aidés dans les Zus en 2012. Un accès plus important au CUI-CAE dans les zones urbaines sensibles