Le devenir des salariés sortis de contrat aidé du plan de cohésion sociale en 2006

six mois après la fin de l’aide de l’état

JPEG - 7.6 ko

L’insertion dans l’emploi durable (emploi en CDI, en CDD de plus de six mois, de titulaire de la fonction publique, de travailleur indépendant) des salariés sortis en 2006 d’un contrat aidé du Plan de cohésion sociale est globalement plus favorable pour ceux qui sont passés par un contrat du secteur marchand. 48 % des salariés sortis de contrat initiative emploi (CIE) en 2006 sont en emploi durable six mois après leur sortie, contre 24 % pour ceux sortis de contrat d’accompagnement dans l’emploi (CAE). Au sein des contrats destinés spécifiquement aux allocataires de minima sociaux, le taux d’insertion à six mois dans l’emploi durable est de 26 % pour les salariés ayant bénéficié d’un contrat insertion-revenu minimum d’activité (CI-RMA), hors RMI, contre 16 % pour ceux ayant bénéficié d’un contrat d’avenir (CAV).

Plus de la moitié des salariés en CIE, CAV et CI-RMA - hors RMI - et un tiers des salariés en CAE sont sortis des dispositifs avant le terme initialement fixé dans leur contrat. Pour les contrats du secteur marchand, le taux d’insertion en emploi durable est nettement supérieur pour les personnes qui restent en poste jusqu’à la fin prévue de l’aide de l’Etat (il atteint ainsi 67 % pour les sortants de CIE).

Ces dernières restent en effet fréquemment chez le même employeur à l’issue du contrat. Pour les contrats du secteur non marchand, le taux d’insertion en emploi durable est au contraire supérieur pour les personnes sorties avant le terme prévu du contrat. Pour ces contrats plus courts, la sortie précoce est souvent liée à une autre opportunité d’emploi.

Environ 30 % des salariés en CAE et CAV, sortis en 2006, déclarent avoir suivi une formation au cours de leur contrat. Près de la moitié des salariés en contrat d’avenir déclarent avoir été suivis au sein de l’établissement employeur par une personne particulière (tuteur, conseiller, référent…) pendant le contrat, soit beaucoup plus que les CIE, CI-RMA et CAE. Les entretiens avec l’ANPE pour préparer la sortie de contrat sont peu fréquents, moins de 20 % dans le secteur non marchand et moins de 10 % dans le secteur marchand. 56 % des salariés en contrat dans le secteur marchand et 73 % des salariés en contrat dans le non-marchand déclarent que le passage en contrat leur a permis de se sentir utile et de reprendre confiance.

- Premières Synthèses 2008-35.1 - Le devenir des salariés sortis de contrat aidé du plan de cohésion sociale en 2006