Le devenir des résidents des Zus passés par un contrat aidé

GIF - 3.9 ko

Six mois après la fin de leur contrat aidé, les résidents des zones urbaines sensibles (Zus) sont moins souvent en emploi durable (CDI, CDD de plus de six mois, titulaire de la fonction publique ou travailleur indépendant) que les habitants des quartiers avoisinants.

Après leur sortie d’un contrat unique d’insertion dans le secteur non marchand (CUI-CAE) en 2012, 17 % des personnes résidant en Zus sont en emploi durable. C’est le cas de 24 % de celles qui habitent dans les quartiers urbains avoisinants, soit 7 points de plus. Après un contrat aidé dans le secteur marchand (CUI-CIE), le taux de retour à l’emploi durable est de 8 points inférieur : 49 % pour les résidents des Zus, contre 57 % pour ceux des quartiers environnants.

Les résidents des Zus recrutés en CUI avaient un niveau de formation plus faible que leurs homologues des quartiers environnants et étaient plus fréquemment bénéficiaires de minima sociaux. Les CUI qu’ils ont signés sont plus souvent à durée déterminée, à temps partiel et pour des durées en moyenne plus courtes. Ces différences expliquent en grande partie que les résidents de Zus accèdent plus difficilement à un emploi durable après un CUI CAE. Le moindre accès des résidents des Zus à l’emploi durable après un CUI-CIE ne s’explique en revanche que très partiellement par ces différences de caractéristiques. Il affecte en particulier les femmes âgées de 26 à 49 ans ou peu diplômées.

- Dares Analyses 2015-053 - Le devenir des résidents des Zus passés par un contrat aidé