Le devenir des créateurs d’entreprise bénéficiaires de l’ACCRE en 2004

JPEG - 7.6 ko

18 % des créateurs bénéficiaires de l’aide aux chômeurs créateurs ou repreneurs d’entreprise (Accre) au deuxième trimestre 2004 n’étaient plus à la tête de leur entreprise, deux ans et demi après la création. Les femmes, les jeunes et les allocataires des minima sociaux sont les plus exposés à un départ précoce de l’entreprise créée. L’existence préalable de réseaux de clients et les conseils donnés par l’entourage professionnel ou personnel contribuent à pérenniser l’entreprise. La faiblesse du revenu et les problèmes de trésorerie sont cités comme les motifs les plus importants de fermeture.

Parmi les anciens créateurs ayant cessé leur activité, 51 % occupent un emploi salarié et 29 % sont au chômage en septembre 2006.

Un tiers des créateurs ont recruté dans les deux ans et demi qui ont suivi la création de leur entreprise. Les créateurs aidés estiment dans leur grande majorité que l’expérience de la création leur a apporté des compétences nouvelles et un savoir-faire transférable à d’autres secteurs d’activité. Néanmoins, seul un quart des créateurs qui ont repris un emploi salarié pensent qu’avoir été chef d’entreprise les a aidés à retrouver un emploi.

Premières Synthèses 2008-09.1 - Le devenir des créateurs d’entreprise bénéficiaires de l’ACCRE en 2004