Le devenir des bénéficiaires d’un CEC qui n’ont pas effectué préalablement un CES

six sur dix en emploi dans le mois qui suit leur sortie du dispositif

JPEG - 7.6 ko

À partir du 29 juillet 1998, le contrat emploi consolidé (CEC) a été ouvert aux personnes en difficulté d’insertion qui ne sont pas passées préalablement par un contrat emploi-solidarité (CES). Parmi les personnes embauchées en 1999 sur ce type de contrat et qui y sont restées moins de trois ans et demi, 60 % ont trouvé un emploi dans le mois qui a suivi la fin de leur contrat aidé. 28 % des bénéficiaires ont été recrutés en interne, le plus souvent dans une collectivité territoriale ou un établissement public. Près d’une personne non recrutée en interne sur deux a retrouvé un emploi dans le mois qui a suivi la fin de son contrat aidé.

Les trois quarts des personnes en emploi dès la sortie du CEC sont toujours dans cette situation trois ans plus tard. Les seniors, les personnes non qualifiées et les bénéficiaires du RMI rencontrent toutefois plus de difficultés à se maintenir sur le marché du travail une fois leur CEC terminé.

Les entrants en CEC étaient dans une situation financière précaire : plus d’un sur deux vivait sous le seuil de pauvreté. Avec l’insertion professionnelle, le niveau de vie progresse dans huit cas sur dix. L’amélioration est toutefois moins marquée pour les bénéficiaires du RMI. En 2005, plus d’un tiers d’entre eux étaient encore sous le seuil de pauvreté. L’opinion des bénéficiaires sur le CEC reste mitigée : six sur dix considèrent que ce dispositif ne les a pas aidé à retrouver un emploi.

- Premières Synthèses 2007-10.2 - Le devenir des bénéficiaires d’un CEC qui n’ont pas effectué préalablement un CES : six sur dix en emploi dans le mois qui suit leur sortie du dispositif