Le Contrat Nouvelles Embauches un an après

JPEG - 7.6 ko

Parmi les salariés embauchés en contrat nouvelles embauches (CNE) au mois d’octobre 2005, sept sur dix travaillaient encore dans la même entreprise au bout de six mois et cinq sur dix au bout de douze mois. Sur un an, un sur quatre a démissionné et le quart restant a quitté l’entreprise à l’initiative de l’employeur ou d’un commun accord avec ce dernier. Parallèlement, 60% des salariés embauchés en CNE en mai 2006 sont toujours présents dans l’entreprise six mois après.
Tels sont les premiers enseignements de la deuxième vague d’enquête sur l’utilisation du contrat nouvelles embauches.

En mai 2006, comme en octobre 2005, les entreprises et les associations de moins de 20 salariés utilisent principalement le CNE pour pallier une incertitude sur l’activité de l’entreprise ou pour tester plus longtemps les compétences du salarié embauché.

8 % des chefs d’entreprise ayant embauché en CNE en mai 2006 déclarent qu’ils n’auraient pas embauché sur le poste de travail si le CNE n’avait pas existé et près de 20% déclarent que ce nouveau contrat leur a permis d’anticiper l’embauche. D’après ces réponses, qui confirment celles recueillies à la première vague d’enquête, le CNE favorise les embauches dans les petites entreprises. L’enquête ne permet cependant pas d’en mesurer précisément les effets nets sur l’emploi.

- Premières Synthéses 2007-09.1 - Le Contrat Nouvelles Embauches un an après