La structure des rémunérations dans le secteur privé en 2012

Recul significatif de la part variable de la rémunération pendant la crise

GIF - 3.9 ko

En 2012, dans les entreprises de 10 salariés ou plus du secteur privé, les primes et compléments de salaires ainsi que le paiement des heures supplémentaires ou complémentaires ont représenté en moyenne près de 15 % de la rémunération brute totale. Les primes et compléments de salaires ont représenté à eux seuls 13 % de ces compléments de rémunération et plus de 83 % des salariés en ont bénéficié.

Ces pratiques varient fortement selon le secteur d’activité et la branche professionnelle. La taille de l’entreprise a aussi un impact important : plus l’entreprise est grande et plus des salariés perçoivent des éléments variables de la rémunération. En revanche, les heures supplémentaires et complémentaires sont plus fréquentes dans les petites entreprises.

Pendant la crise, la part variable de la rémunération a enregistré un recul significatif. En moyenne entre 2009 et 2012, elle s’établit 0,7 point en deçà de son niveau d’avant crise.

Ce mouvement, tiré par la baisse de la part des primes dans la rémunération brute totale, a été un peu accentué par la déformation de la structure sectorielle de l’économie : plusieurs secteurs d’activité distribuant beaucoup de primes ont en effet vu leur poids reculer entre 2008 et 2012.

- Dares Analyses 2014-101 - La structure des rémunérations dans le secteur privé en 2012