La rémunération des salariés des entreprises en 2003

JPEG - 7.6 ko

En 2003, dans les entreprises de 10 salariés ou plus du secteur concurrentiel, la rémunération mensuelle brute moyenne d’un salarié à temps complet s’élevait à 2 490 euros, soit 2,6 % de plus qu’en 2002.

Du fait de la fin du processus de réduction du temps de travail, la rémunération horaire augmente à peine plus (+ 2,9 %). La hausse de la rémunération est plus forte pour les ouvriers et les professions intermédiaires (respectivement + 2,8 % et + 2,5 %), que pour les employés et les cadres (+1,6 % et +1,7 %). L’écart des niveaux de rémunération entre hommes et femmes a plutôt tendance à se stabiliser.

En juin 2004, la rémunération mensuelle brute moyenne des salariés à temps complet des entreprises de moins de 10 salariés s’élevait à 2 010 euros, soit +2,6 % en un an. Cette hausse a été soutenue par la forte revalorisation du SMIC intervenue au 1er juillet 2003.

La part des primes et compléments de salaires (hors intéressement et participation) se stabilise à 12,6 % de la rémunération brute annuelle dans les entreprises de 10 salariés ou plus. Elle augmente légèrement pour les ouvriers et les employés.

L’équilibre entre les différents types de primes s’est très peu modifié en 2003. En particulier, la part des primes de performance reste stable pour la deuxième année consécutive, tandis que la part des primes d’ancienneté cesse de diminuer.

Premières Synthèses 2005-12.3 - La rémunération des salariés des entreprises en 2003