La réduction du temps de travail

révélateur et source de développement des relations professionnelles en entreprise

JPEG - 7.6 ko

Plus de neuf établissements sur dix d’au moins 20 salariés déclarent avoir procédé à une réduction du temps de travail (RTT) entre 1996 et 2003. Ceux qui l’ont fait en 1999 ou avant se différenciaient beaucoup des autres en matière de relations professionnelles. Plus nombreux parmi les grandes entreprises, ils étaient les mieux dotés en délégués syndicaux et en institutions représentatives du personnel et ils le sont restés. Les entreprises ayant réduit la durée du travail tardivement ou ne l’ayant pas réduite, majoritairement de petite taille, en étaient le plus dépourvues.

La RTT a révélé d’abord ces différences dans le degré d’institutionnalisation des relations professionnelles.
Celles-ci semblent en effet avoir influencé la décision d’entrer précocement ou pas dans le dispositif. Dans un contexte d’institutionnalisation croissante des relations professionnelles en entreprise, la RTT a, par ailleurs, favorisé leur développement. En particulier, la présence d’institutions représentatives du personnel s’est renforcée de façon importante dans les établissements passés tardivement à 35 heures.

En 2004, 17 % des établissements ayant procédé à une RTT en avaient modifié les modalités initiales. Comme pour la mise en oeuvre initiale de la RTT, le degré de formalisation des relations professionnelles de l’entreprise a joué de manière importante dans ce processus qui a consisté surtout à revoir l’aménagement du temps de travail.

- Premières Synthèses 2007-03.2 - La réduction du temps de travail : révélateur et source de développement des relations professionnelles en entreprise