La dépense nationale pour la formation professionnelle continue et l’apprentissage en 2005

Premiers effets de la réforme de 2004

JPEG - 7.6 ko

25,9 milliards d’euros, tel est le montant de la dépense nationale pour la formation professionnelle continue et l’apprentissage en 2005. L’effort de formation de la nation reste stable, à 1,5 % du PIB.

L’année 2005 a été marquée par la mise en place de la loi du 4 mai 2004 relative à la formation professionnelle tout au long de la vie. Les grandes entreprises ont largement recouru à la période de professionnalisation qui vise à favoriser le maintien en emploi des salariés. 223 millions d’euros lui ont été consacrés.Les fonds dédiés à l’apprentissage ont continué à progresser. Ceux consacrés à l’alternance se sont redressés en 2005, les contrats de professionnalisation simplifiant et remplaçant progressivement les anciens contrats en alternance. En revanche, le droit individuel à la formation (DIF) n’a pas connu un essor immédiat en 2005.

L’État a réorienté sa dépense de formation en direction des jeunes en difficulté d’insertion, dans le cadre de la mise en oeuvre du Plan de cohésion sociale. La politique d’accompagnement de ces publics a été renforcée avec la création du contrat d’insertion dans la vie sociale (CIVIS). En revanche, avec la fin des stages d’insertion et de formation à l’emploi (SIFE), la contribution directe de l’État au financement de la formation continue des demandeurs d’emploi s’est réduite en 2005.

- Premières Synthèses 2007-45.3 - La dépense nationale pour la formation professionnelle continue et l’apprentissage en 2005 : Premiers effets de la réforme de 2004