Habiter en zus et être immigré : un double risque sur le marché du travail

JPEG - 7.6 ko

Moins souvent en emploi et davantage touchées par le chômage, les personnes résidant en zones urbaines sensibles (ZUS) sont souvent confrontées à d’importantes difficultés d’insertion sur le marché du travail.

Au milieu des années 2000, près de 19 % des actifs en ZUS étaient au chômage, contre 8 % environ des actifs hors ZUS. Au sein de ces zones, les personnes immigrées sont particulièrement vulnérables :
environ 24 % des actifs immigrés étaient au chômage au milieu des années 2000. Les personnes habitant en ZUS ont en moyenne des niveaux de diplôme inférieurs aux autres et appartiennent à des catégories socioprofessionnelles plus exposées aux difficultés d’insertion.

Mais ce ne sont pas les seules explications de leurs plus grandes difficultés : à niveaux de diplôme équivalents, les personnes résidant en ZUS sont moins protégées contre le risque de chômage et le fait d’être immigré augmente dans tous les cas ce risque dans des proportions importantes.

- Premières Synthèses 2009-48.1 - Habiter en zus et être immigré : un double risque sur le marché du travail