Emploi et chômage des immigrés en 2011

GIF - 3.9 ko

En 2011, 4 millions d’immigrés âgés de 15 à 64 ans résident en France métropolitaine, représentant 10 % de la population en âge de travailler. 30 % d’entre eux sont nés dans un pays de l’Union européenne (UE), 31 % au Maghreb, 15 % en Afrique subsaharienne, et 24 % dans un pays européen hors UE ou sur un autre continent que l’Afrique.

La participation des immigrés au marché du travail est comparable à celle des non immigrés pour les hommes. Elle est nettement plus faible, mais en progression, pour les femmes, en particulier pour celles originaires du Maghreb ou de Turquie. Le taux de chômage des immigrés nés hors de l’Union européenne est beaucoup plus élevé que celui des non immigrés. En 2011, il approche 23 % pour ceux originaires du Maghreb ou d’Afrique subsaharienne, contre 8,5 % pour les non immigrés. Une fois pris en compte l’âge, le sexe, le niveau de qualification et le lieu de résidence, l’écart de risque de chômage entre les immigrés extra-communautaires et les non immigrés reste important. Les actifs occupés immigrés sont très présents dans la construction, l’hébergement et la restauration, les métiers de la sécurité et des services aux particuliers. Ils sont plus fréquemment en situation de sous emploi que les non immigrés.

La proportion de non natifs, immigrés et personnes nées françaises à l’étranger, dans la population en âge de travailler est plus faible en France que dans l’ensemble de l’Union européenne à 15 pays. Dans chacun de ces 15 pays, le taux de chômage des non natifs extra communautaires est nettement plus élevé que celui des natifs.

- Dares Analyses 2012-077 - Emploi et chômage des immigrés en 2011