Du Contrat Nouvelles Embauches au CDI

JPEG - 7.6 ko

Fin 2007, de l’ordre de 200 000 personnes travaillaient sous contrat nouvelles embauches (CNE) dans une entreprise ou association de moins de 20 salariés. La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail a abrogé le CNE et requalifié les contrats existants en contrat à durée indéterminée de droit commun (CDI).

Près d’un salarié sur trois embauchés en CNE à l’automne 2005 travaillait encore dans la même entreprise en novembre 2007, soit juste après la période de consolidation de deux ans. Son contrat présentait alors les mêmes caractéristiques que le CDI de droit commun. Seuls 3 % avaient vu leur contrat transformé avant la fin de la période de consolidation. Deux salariés sur trois avaient quitté l’entreprise au cours de ces deux ans.

Les salariés recrutés en CNE sont restés plus longtemps dans l’entreprise que ceux recrutés en contrat à durée déterminée (CDD), mais moins longtemps que ceux embauchés en CDI. Les départs à l’initiative de l’employeur ont été, en effet, deux fois plus nombreux pour les CNE que pour les CDI :
deux sur dix pour les salariés embauchés en CNE, contre un sur dix pour ceux recrutés en CDI. Les démissions ont, en revanche, été aussi fréquentes pour les deux contrats : près de quatre salariés sur dix embauchés en octobre 2005 en CDI, comme en CNE, avaient démissionné dans les deux ans suivant leur embauche.

Près d’une fois sur deux, les salariés recrutés en octobre 2005 en CDI ou en CNE et ayant quitté l’entreprise n’ont pas été remplacés. Lorsqu’il s’est agi de remplacer des salariés embauchés en CNE ou en CDD, l’employeur a eu moins souvent recours au CNE au cours de la deuxième année suivant l’embauche qu’au cours de la première.

- Premières Synthèses 2008-39.1 - Du Contrat Nouvelles Embauches au CDI