Discriminations à l’embauche fondées sur l’origine à l’encontre de jeunes français (es) peu qualifié(e)s.

Une enquête nationale par tests de discrimination ou testing

JPEG - 7.6 ko

Une opération de testing conduite en 2006 dans six grandes villes françaises sous la supervision du Bureau International du Travail montre que les jeunes Français peu qualifiés d’origine apparente maghrébine ou noire africaine sont victimes de discriminations à l’embauche par rapport aux jeunes Français d’origine apparente hexagonale ancienne.

Dans ce testing, lorsque les employeurs ont exprimé un choix, ils ont favorisé près de quatre fois sur cinq le candidat évoquant une origine hexagonale ancienne alors que le candidat évoquant une origine maghrébine ou noire africaine présentait rigoureusement les mêmes compétences.
La discrimination est élevée dans l’ensemble des principaux domaines professionnels testés.
Elle semble encore plus forte à l’encontre des candidats d’origine apparente noire africaine qu’à l’encontre des candidats d’origine apparente maghrébine.

L’essentiel des différences de traitement pénalisant des jeunes d’origine maghrébine ou noire africaine se manifeste avant même qu’ils n’aient été reçus en entretien par l’employeur. Ils sont écartés beaucoup plus souvent que les autres dès la prise de contact, les différences de traitement pouvant prendre la forme de refus notifiés ou de mises en attente plus sournoises.

- Première Synthèses 2008-06.3 - Discriminations à l’embauche fondées sur l’origine à l’encontre de jeunes français (es) peu qualifié(e)s. Une enquête nationale par tests de discrimination ou testing