Contrats à durée déterminée, intérim, apprentissage, contrats aidés

Les emplois à statut particulier ont progressé entre 1982 et 2002

JPEG - 7.6 ko

En 2002, plus d’un travailleur sur dix ne dispose pas de contrat à durée indéterminée. Contrats à durée déterminée, apprentissage, intérim ou contrats aidés, la part de ces formes particulières d’emploi a doublé en vingt ans. Elles représentent désormais 11 % de l’emploi total.

Ce sont les jeunes, les moins diplômés, les femmes, les ouvriers non qualifiés et les employés qui signent le plus fréquemment ces contrats de type particulier. Le monde ouvrier recourt toujours à l’apprentissage et de plus en plus à l’intérim, tandis que les employés concluent davantage de contrats à durée déterminée ou de stages et contrats aidés.

Sur les dix dernières années, l’intérim et les contrats à durée déterminée ont le plus progressé. L’apprentissage et les stages et contrats aidés des politiques de l’emploi sont restés plutôt stables.

Par ailleurs, le travail à temps partiel et le sous-emploi se sont développés. Ils sont aussi très fréquents dans les familles professionnelles où les formes particulières d’emploi sont les plus présentes.

- Premières Synthèses 2005-14.2 - Contrats à durée déterminée, intérim, apprentissage, contrats aidés : les emplois à statut particulier ont progressé entre 1982 et 2002