Les mouvements de main-d’œuvre en 2010

une forte hausse du taux de rotation accompagne la reprise de l’emploi

GIF - 3.9 ko

En 2010, le taux de rotation de la main-d’œuvre, moyenne des taux d’entrée et de sortie, a augmenté très sensiblement (47,8 %, soit +2,2 points), après s’être modestement infléchi en 2008 (-1,2 point) et modérément accru en 2009 (+0,3 point). Il dépasse désormais nettement le pic de 2007 (46,6 %). Si la progression concerne, en 2010, l’ensemble des secteurs, seul le tertiaire dépasse son niveau de 2007. L’industrie et la construction restent encore en dessous de leur niveau de 2008, lui-même inférieur à celui de 2007.

Dans un contexte de reprise des créations d’emploi salarié, le taux d’embauches en CDI s’est accru en 2010 (+0,7 point) après une forte baisse en 2008 et 2009 (-3,2 points sur deux ans). Le taux d’entrée en CDD poursuit sa hausse (+2 points, après +2,7 points en 2009). La part des CDD dans les embauches reste quasiment stable en 2010 (-0,2 point), après avoir fortement augmenté en 2009 (+5,6 points). Autres conséquences de l’amélioration du marché du travail en 2010, le taux de démission augmente (+0,4 point) et les licenciements économiques sont à la baisse (-0,4 point).

Les hommes, plus touchés par la crise en 2009, bénéficient davantage de la reprise en 2010. Les embauches en CDI se redressent pour les jeunes ainsi que pour les cadres après un ralentissement conséquent en 2009.

- Dares Analyses 2011-073 - Les mouvements de main-d’œuvre en 2010